Il n’y a pas de mauvaise herbe

Un livre tête-bêche, pour dire l’importance des mots.

En passant,
des images comme
de petites secousses,
de légers satoris,
des paroles,
des vérités ou
des énigmes.
Tu les as recueillies.
Un recueil,
des sentences
heureuses.
Il n’y a pas de mauvaise herbe.