Quel roi? Vain serviteur du jour

Sur un trop grand lit d’hôpital, déjà,
Repose et dort
Le coeur, cervelle un peu, blanc forcé.
Emotion de ceux sur l’estrade,
Les lèvres évitent la joue :
Tout commence par un rêve.
La régence de l’autre monde exige le sang vrai,
La force usée à vif, les mots justes.
Je suis le chien crevé, minorité absolue
Hué, seul, possédé.
De l’épaule à la hanche,
Ecorché.
La foule obscure jette les affaires du père,
Ma propriété.
Saute de joie, petite chose, si tu le peux
Encore.

Jour de mariage

Doucement ils te réveillent au matin et quand tu les voies tu hurles à la mort, pris de terreur, comme si tu les prenais pour des ours. Regarde c’est ta famille pourtant et toi tu la fuis en sautant par la fenêtre de la chambre, encore une fois. Comme l’impression que l’on t’a volé toute idée de famille, comme si ce sentiment d’être parmi les autres avait disparu. Tu serais devenu étranger et hostile à qui s’approche et entoure. Alors apparaît la figure du père. Le visage de ton père.

Train de nuit

Je cavale au sérail et relis ma poésie ancienne
Novice attendu par le dortoir
Je passe à l’exacte température
Le grave est guitare, la lune ronfle
Col à autre chose
Nous sommes
Le hasard saute le succès et exhume
Mes victoires possibles.

Radiolabor

Femme tranquille, elle observe la colonne de fumée.
Les arbres sourient.
Au milieu des hiboux, la vie et ses enfants :
La peur la plus grande.

Je chéris ma joie, l’image de confessionnal,
Mordue,
Je lui tourne le dos, et il est trop tard, peut-être,
Alors…