Train de nuit

Je cavale au sérail et relis ma poésie ancienne
Novice attendu par le dortoir
Je passe à l’exacte température
Le grave est guitare, la lune ronfle
Col à autre chose
Nous sommes
Le hasard saute le succès et exhume
Mes victoires possibles.

Radiolabor

Femme tranquille, elle observe la colonne de fumée.
Les arbres sourient.
Au milieu des hiboux, la vie et ses enfants :
La peur la plus grande.

Je chéris ma joie, l’image de confessionnal,
Mordue,
Je lui tourne le dos, et il est trop tard, peut-être,
Alors…

Wanderer

Place la plus désirable,
Bonne gueule de vainqueur,
Frontière de poussière ouverte au matin.

Oiseaux inutiles, l’ombre déposée,
Quelqu’un,
Autre à jamais,
Mal-homme coupable au sang juge.

Sommeil du juste et de l’injuste,
La maison est vide, la nuit quand je n’écris plus.