LSD

Quelques phrases dites en fin de reportage.

INTERVIEW

Un monde en plastique – le triomphe du jetable – une série documentaire d’Alain Lewkowicz, réalisée par Somany Na

Ce soir, je ne suis pas un personnage. Il y a des soirs comme ça. On se sent plus concret que la veille. On est soi, un soi bien réel, à qui l’on souhaite longue vie et bon courage. Je suis moi, donc. Enfin je n’en doute plus. Je nage en pleine réalité. Pour de vrai. Je m’écris tel que je suis. Un sac plastique me tient compagnie. C’est tout moi, ça , le sac plastique. Avec ça, je ne triche pas. J’aurais parlé d’un Totebag, on m’aurait soupçonné. Invraisemblable ! », m’aurait dit le lecteur que je suis. Car je me connais. Plus sac plastique que Totebag. Je ne décèle pas de foi déterminée dans cette préférence. Je suis sac plastique. C’est comme ça. Une évidence qui se tient à la main. Je suis autant sac plastique que caleçon. Quoique. Peut être davantage. Etre caleçon peut parfois faire trébucher son moi, quand il se révèle mal assorti. Alors qu’avec un sac plastique,  je le répète, je me sens moi et je le dis.  Je le dis tout bas. Pas tant de quoi se vanter. Mettons, je l’écris. C’est ainsi que je ne perds pas de vue celui que je suis. Esquisse rapide. Homme,  moins de trente ans, mais pour de moins en moins longtemps, portant costume et sac plastique. Là, je mens. Le sac plastique, ça n’est plus tout à fait moi. Il ne m’appartient pas complètement. Il est de passage. Mais être moi, aujourd’hui, sans sac plastique, je ne le saurais. Car le sac plastique est l’être le plus vivant que j’ai rencontré depuis longtemps. Il m’accompagne. Je le porte, il me suit. Grâce à lui, le poids de la journée ne pèse plus sur mes épaules. Tout est là, à côté de moi, rangé dans mon sac plastique. Il  y a là tout ce que je rapporterai avec moi.