Une ritournelle

Moi j’ai juste un petit peu peur de tomber une fois je suis tombé d’un escalier de pierre ça me fait froid dans le dos, n’aie pas peur là tu vas pouvoir courir à la place d’être né à toute
heure tu peux tirer sur ma peau, viens te faire la peau tu as l’air fatigué, je veux de la couleur sur ta peau, je veux me trainer à tes genoux et je veux que tu me manges par les yeux fais attention à la fermeture des portes toujours le matin je n’arrive pas à me lever, les chaises crient au-dessus de nos têtes le coup du lapin il y a du piano à chaque fois entre tes cuisses tu veux quoi à la fin écrire le monde merveilleux ça n’existe pas plus que le nez au milieu de la figure, mais ça ne peut pas faire de mal si tu te noies il reste le ballon et le chien je ne veux pas voir ça, je n’aime pas que tu boives, je n’ai pas les yeux à regarder tu me rappelles la grand-mère malade dans la chambre d’hôpital, elle dit apporte-moi une bonne bouteille de bordeaux malade comme je suis non ça ne peut pas faire de mal, malade et mourir, je suis triste tu dis elle ne fais pas une belle morte elle est morte trop tôt une morte qui passe à côté et je t’entends sous la douche les radiateurs claquent le début de l’hiver, mon sexe c’est une crème c’est ça que je chante et tout coule encore, les moteurs font trop de bruit c’est pour ça que j’aime le vent je me souviens il déménage la crème blanche et moi je ne suis pas là on me cherche mais on ne me trouve pas parce que je suis heureux alors en attendant on le brûle comme ça au moins c’est fait, au retour on me dit tu vois tu n’étais pas là on t’attendait, moi depuis je fais des enfants à cause de la montagne qui crache, j’avale, j’avale tout, non je tourne la tête de tous côtés, on aime me déshabiller on joue à la poupée, tu ne crois pas que je suis un peu vieux, trop vieux pour mourir regarde sous la chaise les ballons d’anniversaire, oui ils reculent l’autre est en plus auvais état que moi, en attendant je récupère mon colis délicatesse rare ils m’apprennent à faire les cravates et il s’en vont, je suis branché au gros tuyau avec ce qui se passe ça me rassure, je balaye par la fenêtre je veux la lumière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.