Une déclaration

Pour écrire un poème
Si on veut bien faire
Il faut beaucoup de traits
Les traits se tracent à l’encre ou au crayon
C’est inhumain!
C’est pour ça !
Je suis lucide !
Et je fais plutôt avec les choses
Quelque chose comme un tas de planches
Me va très bien
Les planches viennent de loin
Les planches viennent d’avant
Les planches ne se souviennent de rien
Mais moi je sais
Il n’y a jamais de nulle part
Par exemple, il a fallu se débarrasser
Des écorces
Les planches sont nues comme moi
Moi aussi je suis débarrassé
Je me compare souvent à une planche
Dont j’attends le salut
Il ne vient pas, par conséquent
Je fais des tas de planches
En attendant qu’un poème prenne
Pendant ce temps,
Je ne suis pas tout seul dans les armoires
Petite Julie va à sa gymnastique
Oncle Robert ne sait pas quoi faire
Et il y a tous les autres les Simon les Vincent les Bonheur qui prennent tant de place et échangent des petits mots idiots
Toi, si tu m’envoyais de petits mots idiots
Je les mettrais dans un sac
Je me passerais de tout
Si je les mettais dans un sac
Ce que ça ferait, avec les planches
On pourrait faire une boite, tu ne crois pas
On mettrait des enfants dedans
Ou autre chose, comme tu veux.

Un commentaire sur “Une déclaration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.