Pourquoi on tue

S’ils sont vieux et malades, peut-être ils vont mourir. Peut-être.
Lui c’est tout comme.
Il disparaît. C’est dit.
S’il a disparu, c’est qu’il sera apparu ailleurs, quelque part. Voilà ce qu’on dit.
Une fois qu’on dit, il est là.
Voilà pourquoi on tue, pour ce plaisir, là.
Qu’est-ce qu’on dit ?
On dit, il n’est plus, on dit, on dit il est là.
Il est enfin reconnu comme évolué. C’est un peu comme une mutation.
Et ça nous fait une belle jambe. Une belle jambe, elle court en silence, c’est le silence, là, qui nous caresse la jambe.
Il est là tout en jambes, c’est pourquoi on tue par en haut, pendant que l’on coupe le bas, ça fait une belle jambe.
Ce que la jambe finit par dire, elle dit c’est pour gagner sa vie. Les jambes sont nombreuses. On les coupe.
Les jambes sont des verbes d’action. Les jambes existent d’avoir existé.
Elles sont le V à l’envers. Le V de vie.
Le V est abimé maintenant.
On ne connait rien d’autre que ses jambes.
C’est pourquoi on tue par les jambes. On est là, et puis, on n’est pas là. On n’a plus les jambes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.