L'état sauvage et la maroquinerie

Je voudrais parler de la langue que tu ne sais pas encore
Les noms sont des mots ordinaires
Les mots sont des formes inanimées
Si je me jetais à l’aventure hors mots
Si je disais les choses elles-mêmes
Derrière les poèmes il y aurait ça : essuyer les défaites.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s