Les mots repentis

Si j’écrivais : « on dirait une montagne ». Dire serait là, en l’occurrence, le mot milieu pour « voir quelque chose d’incertain ». Le mot milieu, je le prononce quand je ne suis plus sûr de rien, et pourtant ma bouche s’ouvre. Je suis obligé, tout a fait obligé de prendre la parole et personne ne me souffle le mot juste. Le mot milieu arrive à mon secours, un mot Dieu clé de toute chose. Le mot milieu sert à m’empêcher de crier tout de suite le mot Dieu. Qui y croirait ? On ne dirait pas le mot Dieu, voila ce que l’on croit aujourd’hui, alors on dirait plutôt une montagne, ce serait un mot comme un autre.

J’attends le médecin, celui qui documente le mot milieu, le mot milieu de la figure. Les démarcheurs font leur tournée, ils me vendent le mot tournée, je ne crois pas que je pourrai leur faire confiance. Une distance relative attestée par le papier. Combien de temps ai-je mis pour en finir avec le sentiment bouleversant?

Le mal n’a rien à voir avec le mot milieu. Le mot milieu ne veut rien faire avec le mal, rien à faire avec lui, refus clair : lui c’est lui le mal, et moi non jamais. Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de mot milieu pour parler du mal en bien. Le mot milieu ne sera pas complice, on n’atténue pas le mal. On ne le dit pas, on le crie, on le hurle puis enfin on le dénonce poings levés.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.