Les environs d’Arras

Les forêts sont pénibles à regarder.

Si on contrôlait les forêts, je ne parlerais plus du régime sévère.

Je me traduirais en public.
Je me frapperais à coups de masse, à coups de jeux.
J’inaugurerais le monument.

Expliquez. Expliquez. Bonsoir, je ne me souviens plus.

Les forêts, dans les cafés du coin, on dit qu’il n’y en aura bientôt plus.
Leurs victimes irréprochables sont partout, délivrées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s