Les normes figuratives

Les espèces disparaissent, d’abord les piafs. Nous n’atteindrons jamais plus la conscience des oiseaux. Certains d’entre vous se rebellent. Le disent sur les murs à la craie, en pleine rue. C’est la saison.  Ainsi les dessins d’oiseaux tapissent ces derniers jours les façades de nos maisons. Malheur à ceux qui croient réinventer les oiseaux ! Quelque chose d’aussi absurde que dessiner les têtes d’hommes. Vous faites fi de notre respiration ! Tous nous souffrons de vos petits dessins, une gymnastique absurde pour garder le souvenir des espèces révolues. Je sais combien nous sommes à nous plaindre. Nous virons plumassiers. Chacun de nos pas dans la fiente et dans les plumes. Souiller la plante de nos pieds, caresser la plante de nos pieds. Caresser, souiller, la douceur et la merde, vos dessins, vraiment, rien ne va. Souiller, caresser, on ne va pas s’y laisser prendre, comme si l’un n’allait pas sans l’autre, une malédiction, les oiseaux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s