TsimTsoum

Puisque c’est comme ça je leur laisse la place. Le peu a besoin que je ferme mes yeux vides. Ils feront selon leur propre fantaisie. Je reste caché dans un coin de leur tête. Tant pis si ce sont des pitres. Vive la triste débandade. La bête sauvage, pas très loin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s