Fugue

Je n’ai pas de discours.
Le poème rien que les mots.
Rien ne se dit des phrases déjà dites.
Ne plus penser ne plus penser surtout si penser est dire.
Ne rien dire.
Le rien incommunicable, ce sont les mots.
Un air de consolation, ce qui vient de hasard à l’oreille, saute aux yeux, mots découpés ici et là.
Tombé sous le sens
Un mot me sauve et je respire.
Mes bricolages fragiles font le passage en mes années de nuit.
Tranquille derrière la palissade, le poème, dernière occasion de faire une fête
On m’a volé ma danse.
Arbre penché
Silence
Enigme
Entends-moi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s