Une machination

Ils m’attaquent et je me défends, monsieur le juge. Ils ont les intestins pleins de leur colère. Je les mets à la retraite d’office. Les taches laissés par leurs ossements danseront derrière le mur. Elles diront ce qu’ils étaient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s