La fin des communautés monastiques

Ces corps nus sur la plage, au soleil, ils m’étonnent, tous sur la peau, un tatouage.
Je compte le nombre de têtes de mort tatouées sur le corps des baigneurs.
Je recense ceux qui croient en la mort.
Le sable les enterrera tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s