Nous deux comme roi et reine

Nous deux comme roi et reine, mon amour, ils sont à genoux, à genoux, les vois-tu, ils attendent, ils nous attendent, ils nous ont reconnus, mon amour, leur peine, comme leur peine est lourde, sauvés, sauvés, ils seront sauvés, muets de vénération, je suis celui qui monte sur la chaise, abandonnée depuis si longtemps sur leur plage déserte, celui qui harangue la mer démontée, elle se retire à mon chant, je suis le vent qui passe sur leurs joues, ils pleurent, ils pleurent de nous aimer, mon amour, nous deux comme roi et reine, nous nous sommes donnés au peuple que l’on ne voit pas, et moi qui les élève, et moi, visiteur au-delà d’eux-mêmes, avec toi, ô ma reine, je suis leur procession, je marche et eux me suivent, comme ma voix porte au loin et eux muets, muets, à m’écouter seulement, à m’écouter venir, annoncer la nouvelle, nous deux comme roi et reine, mon amour, je les guéris, je suis celui qui les pénètre et les féconde, peuple triste et assoiffé de nous, affamé de ma lumière, la nuit, dans le sommeil, j’entre par effraction dans leur âme, je vole au-dessus d’eux, peuple des abimes, peuple sans rêve, je vous apporte le rêve, je suis le destin qui vient, la révolution des abîmes, il n’y avait rien, et nous deux, comme roi et reine, mon amour, nous sommes tout, le tout est venu, les démons nous ont fui, peuple enfermé dans la gangue de la terre, je vous ai libéré, je suis votre liberté, je vous soulève, et par mon souffle, vous voilà de retour à la vie, ô, ma reine, vois comme ils sont riches de nos regards, vois comme ils reçoivent l’espérance, ils n’espéraient plus, et voilà qu’ils reçoivent notre suprême bien, peuple démonté par la misère de notre absence, peuple des marais et des caves, peuple outragé, peuple brisé, je vous ai élu comme mon royaume, et nous deux, comme roi et reine, mon amour, leur clameur est notre triomphe, ils danseront jusqu’au matin, je suis leur victoire, ils ne m’attendaient plus, et je suis venu, je suis venu car j’étais là, et ma présence est ce qu’il y a de plus beau dans leur monde, dans ce monde où l’on étouffe, nu de douleur, je déclare le bonheur, leur droit à ma vie, leur droit d’être par ce que je suis, leur chair est ma chair qui par moi nait et meurt, nous deux comme roi et reine, mon amour, ils sont mon sang, et je le ferai couler, je me baigne dans leur sang, amour innombrable, viens ma reine, et bois l’offrande de ton peuple, ce peuple qui est mien, ma créature, ma mort, mon adorable, mon feu de joie. Nous deux comme roi et reine, notre pouvoir, mon amour, sois fière, sois fière de ton peuple, c’est pour eux, pour eux seulement, que j’ai forcé les portes de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s