L’école française du psychodrame

Je le vois, l’enfant, il met son doigt sur la fenêtre, il nargue le danger. Un gros chien, derrière la vitre. Il n’a pas peur, le chien est de l’autre côté. Il a beau aboyer, l’enfant, ça l’amuse, imbécile, le chien peut toujours chercher à le mordre, la vitre le protège. Le courage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s