Une réserve d’indiens

Quand elle l’a quittée, la maison de l’écrivain est devenue vide de sens. Abandonné à lui-même, il a tout détruit, démonté les murs, jeté les tuiles à la mer. On dit que les coquillages aiment à se fixer sur ces tuiles. Des essaims nichent parmi les débris de la maison. Une nouvelle naissance. C’est beau ce que la mer a fait des ruines de sa vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s