Le cerisier – un souvenir

Elle est partie et lui est resté seul dans la grande maison blanche.
Il y avait le marbre fascinant de la salle à manger.
Sertis dans le marbre, des coquillages : une plage pétrifiée.
Evanouies les lumières d’enfant. Il a entrepris de détruire la maison comme il s’est détruit lui, jusqu’à ne plus avoir où habiter.
Derrière la maison, au fond du jardin, je me souviens, il y avait un cerisier, immense, je montais très haut dans ses branches et j’y étais bien.
De ce qui est devenu je ne sais rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s