Ils rêvent à des oiseaux

Il y a un homme sur une estrade plantée au-dessus des vagues. Cet homme, c’est moi. On m’acclame comme si je pouvais empêcher la montée des eaux. Le déluge adviendra, je le sais. La mer les effacera de leurs terres. Moi aussi, je périrai sur mon estrade si je ne me mets à l’abri. J’ai beau regarder au-delà des flots, plus loin que l’Atlantique, la colombe à la branche d’olivier n’a pas encore entamé le voyage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s