Homme d’Etat

C’est bien plus tard que j’ai compris ma malédiction. J’avais gâché mes voeux de nouvelle année. J’ai oublié les poètes. De mon « vive la République, vive la France », je les ai relégués dans un désert blanc et léger. Loin de moi, j’ai envoyé leur souffle en voyage. La lumière de leur bouche a disparu, bannie et perdue. Toi, les yeux me l’ont dit, mes lèvres l’ont su et, longtemps après,  je suis tombé et tombé sans jamais plus me redresser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s