L’atelier par force brute

A chacun de mes voyages, j’enregistre le son des tempêtes et des orages, je prends le micro et je capte le tollé inimaginable de l’eau et du vent. J’écoute à mon retour leurs tourbillons dans la chambre vide.  Un écho de ce que je suis, une prise d’air, une ampleur insupportable. Le sang terrible cogne les murs et je m’effondre, rien ne me retient plus.  J’entre dans ma saison des ouragans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s