En avoir trop dit

Tu es ce musicien chargé de sortir les rats hors des villes. Eux seuls sensibles à ta musique, homme de basses oeuvres. Ton air indiffère les âmes sensibles, ces professionnelles. Je ne comprends rien dit la maîtresse d’école qui tourne les pages. Et tes images ne te sauveront pas. Leurs yeux ne les voient pas. Tu n’as pas le coeur à te venger comme dans un conte, tu n’es pas homme à arracher les uns aux autres. Tu t’en vas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s