Immobile, toutes souffrances oubliées

Je regarde la mer expédier les affaires courantes. Elle prend le temps comme il vient, elle le fait, le défait. Ne pas échouer. Il y a des gouffres dont je me garde. O comme j’aimerais surnager dans les mauvais courants !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s