Azimut

Les quatre anciens m’attendaient attablés au bistrot de Tulle. C’était devenu leur cantine, à force, ils ne savaient plus s’occuper depuis qu’ils avaient quitté l’Elysée. Le patron les consolait comme il pouvait. Il m’invitait de temps en temps. Quand j’arrivais, la tête de veau était déjà servie. Elle avait l’oeil mauvais. Elle me reprochait d’être encore vivant, moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s