La scène de son propre crime

Rien ne vient, le mur malade confond le corps. Trop mal cela fait de voir un corps mangé par le mur. Le drap pendu recouvrira le tout, ne plus le voir, ne plus se voir. Seule dépasse encore une tête, une curiosité pour l’amateur de passage. Il n’en passe plus, de ces êtres flous et sombres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s