Musée de l’Homme

Il s’agissait d’êtres écrits à gros trait. Deux traits, pour être exact, encadraient une tache de ventre. On reconnaissait leur âme à une trace de gouache effilochée au pinceau. Ils avaient le sérieux de l’éteint.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s