Décastré

Les hautes planches de la cuisine aménagée, tu les entreposes dans le garage. Glacées, brillantes, les planches sont signées Ken Scott. Elles figurent des bocaux de cerises, des conserves de tomates, d’asperges aussi. Ces bocaux n’existent pas.

Tu arraches les baguettes de relief blanc, les coffrages en recel de fils électriques. Tu es sans décor.

Tu crèves les faux plafonds, tu démontes les placards encastrés, tes pièces étaient engoncées dans des placages bien droits. Tu es mal foutu, relief labouré d’une vie d’homme.

Il n’y a plus d’ordre, on voit les traces des dégâts des eaux. Vécurent là les enfants de la famille Enfer, parias à l’écart. Un commandement. Tu ne cacheras pas les stigmates des déchus.

Tout est toi.

Décastré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s