Le baiser de cinéma

Je suis inflexible et cède pourtant à mes caprices. Mon sexe pleure ce qui pourrait bien être toutes les larmes de mon cœur. J’appelle la porteuse de seaux. Quand elle en aura eu tout son saoul, elle ira décharger l’ivresse en vague fontaine. Au loin, la vague fera un délicieux bruit de circulation automobile, celui que l’on entend fenêtres ouvertes lorsque l’on a la chance d’avoir une vue en surplomb du périphérique.

Ob/nubilé

Si
Hors de soi la grâce
Le poème passe sous un train
La société se repose
Chacun réintègre son corps
Au heurtoir origine.
Un nuage couvre l’infini langage
S’éternisent encore
L’artifice
Les rubans
Des éclats souillés.
Subsiste
Hors de soi la grâce,
Un accident.

Qui pleure?
Ne pleurez pas, non,
Ne pleurez pas.

Oui dit non

Je sais par coeur
Le jeu du pendu
Oui dit non.
Je respire
Par les gouffres
Où s’éteignent
Les néons néants.
Je fais le mur
Véritable.
A vivre de noir
Je prends l’air.
A vivre de noir
Je prends l’air.

A vivre de noir
Je prends l’air.