Il a dit et tout a été fait

Moi, celui-là.

Attiré par le hibou, dans le piège de ses branches
Celui-là rêve d’Adam/moi/homme-tronc mis en pièces.

Celui-là crée les contraires/ je n’y vois aucun mal
Une eau stagnante/j’y enfante le dé, la cuillère, le couteau.

Celui-là se passe la clé au cou/l’oreille n’entend pas les coups à ma porte.

Je croque le fruit rouge/ celui-là a le sang qui coule à la bouche
Je le dispute du pied au corbeau.

Je suis aussi le fruit/je l’y ai attirée/elle est belle et je la caresse.

Celui-là a les pieds qui dépassent du lit/je suis le drap blanc.

Celui-là tient le poisson d’écaille/à même la bouche plait-aux-dames,
Je suis dévoré par le bec.

Celui-là je veux l’oublier/me baigne avec les sirènes
Je pars à la chasse/les voilà trois.

Moi, les autres, je les porte sur mon dos.
Je voudrais me planter de drapeaux, de papillons au cul.

Celui-là/la femme noire si belle/je l’enferme dans le cristal
Il la roule du château triste au lac glacé de flammes.

Celui-là, c’est le moi à mon image,
Les pattes plus courtes que l’oiseau/ j’ai perdu ma couleur
Je caresse les oreilles/mon sexe flûte
Je fuis à flanc de bête sauvage.

Celui-là me regarde peut-être/je me noie gonflé bouche ouverte/elles se détournent et
Discutent dans le jardin/ lui les plume les fricasse/et les mange.

Celui-là vomit dans le puits son repas de midi, l’or et la chair faisandée du lièvre.
Je le tiens par la main, il dresse la pique en tournant autour de la table,
Les yeux pris dans les chardons, le visage en guirlandes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s