La maison de la souffrance

Tu vends pour pas cher
Le charme de la douleur
Toute la société souffre
Et pleure
Et fréquente ta maison.
L’enfant
Travaille-la en cabinet
Confie-la au tiroir secret
Remets-lui le certificat
Qui la mènera à ta maison.
Elle est un immeuble sans étage
Où la dignité se vend, s’achète
Se dégrade et se désespère.
Bonne petite
Elle mange ton pain noir
Rit de toutes les plaies
Qui saignent sur la scène du théâtre.
Elle a changé grâce à ta maison
Tu l’as redressée en chose
Racoleuse et angeline
Une consistance close.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s