La chambre rouge

Souviens-toi de la sauvage destruction du père
Vous êtes partis avec les couverts
Alors lui le père ne pouvait
Plus rien
Faire de ses mains
Plus rien manger
Il s’est mis à gonfler
A vous écrire
A même la boite aux lettres
Ses cris d’abandon
D’homme relégué seul
Dans une ile lointaine
Il n’a pas terminé
Le chemin de train électrique
Tout était prêt pourtant
J’ai oublié où sont passées
Les locomotives des enfants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s