Pourrir au Danemark

En reliure de présent, le livre des brumes. Il montre des cages pleines, pleines de poings résignés de colère. Sur la quatrième de couverture, le bureaucrate tient le compte du roulement des heures, quitte à doubler les échelles-lettre. Est-ce une vie?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s