Bataille terrible, bataille tenace

Cela a commencé par la trêve.
Le désordre de la bataille est de s’engager par n’importe quel bout.Elle fait ce qu’elle peut. Tu  a sifflé la trêve sans savoir pourquoi et tu dois considérer que la bataille est déjà belle, terrible, d’avoir débuté ainsi.
Le début est un peu long, et ce n’est que le début. Qui sait comment et quand les batailles finissent. Le tout est de ne pas interrompre le cours de l’histoire. Il faut que le sang coule, sais-tu ?
C’est horrible, c’est horrible, mais les héros ne peuvent vivre sans, sans la bataille, le choc du combat, tu dois les comprendre, tu dois t’engager toi aussi, ne retiens pas le corps, le bras, perds pied toi-aussi.
Ce qui est terrible dans cette bataille, c’est que la trêve est très rigoureusement observée.
Une discipline de tous les instants, garder l’arme au pied, ne pas commettre l’imprudence. Elle ferait tout perdre, tuerait le terrain précieusement gagné sur l’autre, le temps, l’ennui.
Ne jamais céder, se défendre ardemment de toute initiative inconsidérée et observer la trêve avec tous ses nouveaux matériels, enfin modernes. Ils rendent la bataille indéfinie, élargie, infinie.
Observe-la bien cette trêve et vois comment elle rend cette bataille horriblement indécise, éprouvante comme jamais, ne pas pouvoir dire, annoncer quand tu la remporteras, car le début est bien parti pour durer.
Il n’y aura jamais rien d’autre que la victoire totale, la capitulation des autres, ça, voilà ce que chacun pense.
Tu as raison, chacun est dans son droit, il n’y a pas de camp bien clair, les ennemis des ennemis sont aussi les ennemis des ennemis, l’équation est complexe, voilà pourquoi la guerre ne cessera jamais, tu as raison, elle a horriblement commencé, par le pire, l’indécision, le flou, une offensive offensée d’être à l’arrêt, et là, on ne te le pardonnera jamais, à toi qui a sifflé, en passant, comme ça, sans réfléchir, sans penser aux enjeux du combat.
Tu es le grand criminel de ruiner ainsi la guerre, d’empêcher les hommes de se livrer, de rendre toute solution impossible.
Voilà comment on perd des millions d’hommes, comment empêche les ruines d’un pays, comme on oublie la misère des femmes et des enfants.
Tu as eu tort de jeter ainsi la bataille au hasard, de ruiner les espoirs de la guerre, ne pas laisser le destin trancher.
Honte à toi. Je te demande de t’arrêter.

Une réflexion sur “Bataille terrible, bataille tenace

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s