Membrane plane

Elle est la grande prématurée
Ensanglante les draps fous

Elle est son trompe-l’œil
Qui couronne la forêt

Elle est la haute silhouette
Ses jambes ensauvagent

Elle est la saison infinie
Elle la noie dans les flaques

Elle est balustrade
Et aveugle la danse

Elle est le florilège
Ses défausses communes

Elle est le nu sans projet
L’accueil de la maison des pauvres

Elle découvre la peinture
S’embarrasse à poser

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s