Les hommes empêchés

Celui-là
N’arrive pas à manger son jambon.
Celui-là n’arrive pas à digérer.
Celui-là voudrait savoir comment faire pour partir à la chasse à la baleine.
Celui-là achète une boule à neige et ne sait pas s’il pourra la garder chez lui.
Celui-là avait une vie bruyante ; elle est partie.
Celui-là ne comprend rien à l’amour ;  il oublie toujours de fermer les parenthèses.
Celui-là voudrait fabriquer une véranda pour regarder dehors.
Celui-là a vue sur la mer.
Celui-là croit au système D.
Celui-là fatigue son érection, se pense en cheval débandant.
Celui-là n’est pas un montreur d’ours.
Celui-là a peur que ses cendres ne finissent dans la boue.
Celui-là a bien quelques idées de solitude.
Celui-là se répète de le dire.
Celui-là relâche son corps mais c’est trop tard.
Celui-là-là a mis son Nord à l’abri du vent ; il ne sait jamais comment ça pourrait venir.
Celui-là en assez d’être dépassé par les mouettes sur les trottoirs.
Celui-là se félicite de ne pas avoir trop chaud, au moins.
Celui-là aime quand le sèche-linge s’arrête ; il ouvre le hublot, ses chaussettes sont sèches.
Celui-là est plus inquiet ; une chaussette attend l’autre dans la machine qui tourne encore.
Celui-là épie la voisine ; elle lui offre son dos.
Celui-là dévore son prochain en guise d’éternité.
Celui-là est son propre labyrinthe.
Celui-là a peur que le ferry ne heurte le quai.
Celui-là la voudrait-temps.
Celui-là est un étranger, plus qu’avant.
Celui-là rature le mot Adieu.
Celui-là a eu enfant un agneau à bascule.
Celui-là peint bleu sur bleu.
Celui-là vire à la pluie.
Celui-là trouve qu’il y en a trop pour les écrire tous.
Dans la crise du papier, celui-là ne mordra pas dans le stock.
Celui-là marche toute la nuit dans la chambre et ouvre les portes.
Celui-là est paresseux, faut-il aller le chercher en dansant du ventre ?
Celui-là a posé son fils trop lourd sur une plaque d’égout.
Celui-là a eu aujourd’hui une minute de soleil ; il ne saurait dire combien elle lui a fait mal.
Celui-là s’éloigne et touche au but.
Celui-là parle à des êtres imaginaires ; ils lui répondent.
Celui-là est le dernier lecteur du dictionnaire.
Celui-là se mettra un jour à parler ; on ne l’attend plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s