Idée d’un souvenir

A l’abri de la cheminée
Les fleurs de l’ombre sur le toit
Rosacées en gouttes de lumière.
Désappareillées
Les tuiles luisent au matin.

Elle : « Je vous sens si près. »
Lui : « Un air d’Italie. »
Elle : «  Vous avez donc ce matin en terrasse guetté l’humidité et ressenti l’appel d’un désir féminin ? »
Lui : « Malgré cette cheminée sombre comme le maître du lac, j’ai voulu tout mettre à bas et lécher les tuiles. Y passer la langue. »
Elle : « Les cheminées vous gênent ? »
Lui : « Celle-ci était d’une austérité sans rapport avec l’humidité de la couleur rosace. Tuile et cheminée, leur  couple ne collait pas. »
Elle : « Tout cela pour une petite fumée ? »
Lui : « Il vous faudrait coiffer la cheminée pour que je puisse lutiner la tuile à mon aise. »
Elle : « La cheminée cache bien son jeu, vous faites fausse route. »
Lui : « Pardon, naïvement, j’avais vu la pierre érigée de la cheminée comme un sexe d’homme. »
Elle : « Vous n’avez pas compris qu’il y avait deux femmes, l’une au sexe couché, l’autre s’étirant vers le ciel, l’une de plan et l’autre de profondeur ? »
Lui : « Humidité et chaleur, je n’oublierai pas. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s