Tel est mon crime

Les meurtres que j’ai commis, je m’en souviens peu. Le rêve à froid du matin me les rappelle. Dans ce rêve, j’essaie de me rassurer. Je ne suis pas un criminel. Ce n’est qu’un rêve. Et pourtant, je sais que le rêve dit vrai. J’aurai beau ensevelir les faits dans les rêves, ils n’existeront pas moins.Dans mon rêve, des meurtres, j’en ai compté trois. Le chiffre est incontestable, quand bien même je me réveillerais.

Du premier, du deuxième, le souvenir est vague, je vois deux clochards saouls basculés d’un roulement du pied dans le canal. Pourquoi pas eux? Il faut bien qu’il y ait une victime à un crime. Et c’est tout. Ils n’ont rien dit pour se défendre.

Le troisième me poursuit en obsession. Je savais bien que j’avais quelque chose à me reprocher. J’ai tué un salaud. Cela me revient maintenant. Une soirée avec elle, lui la menaçant, je l’ai bien amoché, on l’a chargé en haut du plongeoir, je pense, pour le précipiter en mer.

Le médecin-légiste mène l’enquête. Que cela soit étrange ne m’est jamais venu à l’esprit. Il y a des raisons à l’irruption du médecin-légiste dans un rêve. Une disparition, personne que l’on ne connaisse, un corps absent, un cadavre introuvable, que l’on pourrait chercher longtemps, toute une vie sans doute, il en faudrait beaucoup moins pour conclure au crime et en détailler les circonstances.

Alors le médecin-légiste a tout découvert. Il me rend visite régulièrement. Il ne détaille pas encore ses intentions.

Je ne sais plus très bien à quoi m’attendre quand vient le jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s