Rien ne cloche

Imagine un pays, toutes ses maisons sont louées pour les vacances, aucune chambre de libre, tables réservées, l’ensemble du territoire est au complet.

Dans ce pays, les animaux sauvages se demandent qui sont ces gens qui ne chassent pas.

N’y habitent que les gens de passage. Il y a bien quelques femmes de chambre et les serveuses. On entend à leur accent qu’elles aussi sont d’ailleurs. Ce pays est celui de chacun et de personne, il est l’irréel que l’on se donne pour un billet d’avion.

Comme on manque de cuisiniers, on y mange surtout du fromage, du poisson. Le territoire est neuf, les digestions difficiles.

Ce pays, on s’y ennuie beaucoup, il s’agit de son principal attrait, outre que l’on y dépense sans compter. La nature reste inaccessible, son viol est hors de prix. Alors on s’extasie de pacotilles remarquables. Les accidents de la route sont particulièrement recherchés pour leur rareté.

C’est un pays où les paysages se prêtent. A se prendre en photo, on s’efface sous la pluie. Les visages chutent dans le plat des lacs. Tout un monde s’émerveille de ne se trouver.

Dans la langue de là-bas, toujours davantage d’emprunts, de moins en moins d’empreintes. A moins qu’on ne se laisse déposer par un ferry au plus loin, un saut d’ile pour imager une exotique retouche de soi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s