L’aide-mémoire

Je sais qu’un jour je perdrai mes souvenirs
Il me restera la corde avant de dormir cent ans
Je passerai le doigt pour revenir sur  les instants
Noués par la rencontre avec ses yeux,
Les boules de mémoire, les chuchotis, sa peau, mes mots.
Mieux qu’un chapelet de prières,
Je fabrique ma corde à nœuds
Même si je n’aurai pas la force vieux
De refaire
L’ascension
Des premières fois,
M’envoyer en l’air, une dernière fois.
Je passe ma corde entre les mains, l’enroule autour de mon corps
Plusieurs mètres de longueurs d’amour, de langueur visage
Un peu peur parfois, double nœud pour ne rien laisser s’enfuir.
Je mastique la terre et fabrique autour des nœuds chers
Comme un nid d’hirondelle, argile, plumes et paille.
Je sens les odeurs, sa vie, nos vies et je
Tresse la fibre,
Fais des nattes de plaisirs et de rend-heureux.
Ma corde est généalogie
Autoportrait par celle qui m’a fait.
Et quand je m’oublierai, avant la grande glaciation
Chez le marchand aux puces on vendra la corde
Comme un rite d’Afrique, culte d’Océanie
Ma vie comme un art premier.

2 réflexions sur “L’aide-mémoire

  1. La corde comme pour y lire ses histoires et se souvenir, chaque noeud comme un mot, une trace, un peau à peau… Très beau et un peu nostalgique, par avance. Rétro nostalgie inversée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s