La vie selon Francesca

L’anguille est enroulée dans la bassine plastique, stries d’argent, tête coupé net, sang vidé en tache d’encre.
Elle se couche près, tout près de la bassine. Un corps blanc de femme en gros grains de brouillard.
La mort a des lignes de contrastes que la vie ignore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s