Un sang d’encre

La serveuse porterait un plateau sur lequel reposerait un couple de poupées sans jambes ni bras. Elle disperserait des mèches de cheveux noirs sur le dessin du carrelage. Elégances d’apéritif, nos têtes liées à des fétus de paille ouvriraient de grands yeux. A quoi bon des cheveux parmi les fleurs?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s