Au matin, alléluia

Ne dis rien
De l’aventure étrangère
De la collection de perles pourceaux
Celle que l’on joue au casino
Pour se perdre davantage.

Ne dis rien de tous ces autres doigts
Ils te font quelque chose.

Nu à contre-jour
Une pupille éteinte, le juste regard
Ne dis rien.

Ne dis rien,
La digue rompt
L’obstacle se trouve
Sans protection arrière.

Ne dis rien ne dis rien
Puisque la première image
Dans le terrain vague
S’égare.

Ne dis rien
Le mensonge féconde la vérité
Même si ça fait mal
Les spectateurs sont sortis au grand air.

Ne dis rien ne dis rien ne dis rien
Quitte la pelure d’hermine
Fais tous les métiers
Le plus vieux, la bite sur les pierres de cimetière
Des métiers, il y en a d’autres encore
On les a à l’œil.

Ne dis rien
La lumière
Guette chaque jour l’arrivée de la laiterie
Ne dis rien
Elle jette les mots vides dans les grandes bennes
Ne dis rien
Elle dérange les placards
Ouvre le trottoir et retrouve la terre
Si longtemps étouffée.

Tout me parle, c’est assez de ne rien dire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s