Les dents roses

D’où vient chez toi cette envie de me coller à la bouche ? De me faire cracher le sang des gencives ? Vivre en-dehors des collections Arlequin ? Refuser l’usure de l’amour ?

Tu es derrière moi, loin de mes yeux, mais je t’entends dans ce cabinet blanc ordonner au dentiste « enlevez-lui les toutes ! ».

Couché sur le fauteuil renversé, sous ma camisole de force, j’ai la lumière en pleine poire. Les projecteurs  font briller mes porcelaines. Je ne sais où cacher la langue. Peur d’avaler ma salive. J’ai les mandibules grandes ouvertes, coincées par une sorte d’entrebâilleur de porte. Persiennes bloquées par des crochets.

A ta demande, le type et son assistante m’anesthésient les gencives. Pas mal l’assistante, en passant, de ce que je peux apercevoir. Le produit, lui, est d’un goût douteux. Trop chimique, vivement une émulsion bio, cela me fait penser à un désherbant avec du goût de sucre. Ça m’apprendra à avoir mal aux dents.

Ma bouche est ton jardin, tu as embauché ces manœuvres aux gants latex pour qu’ils me labourent, déterrent mes racines, retirent toutes les souches. Je suis à moins trente-deux.

Tu voulais que mon rose sang se retrouve en friche ?

Pas pour longtemps. Car ton projet, c’est bien de replanter. Tu aspires à du vigoureux.  Tu dis, « non, non, pas d’appareil amovible. Je déteste les verres à dents. Cela me coupe le désir ». Ah, ah, tu craignais que mes dents de loup ne soient changées pour des quenottes, ou bien que j’aie encore des dents de lait ? Tu refusais que me poussent des dents de sagesse ? Tu dis, « Tout sauf du tendre ! Tout ce que je demande, c’est qu’il reste méchant. Montez-lui des prothèses sur pivots en titane, bien plantées dans l’os ». Canines incluses. On perce, on visse, on m’équipe de petits clous solides, pérennes, qui pourraient bien traverser les siècles. Encore heureux pour une opération qui dure des heures !

Et puis, ensuite, tu fais ton choix, pour mes dents. Tu te les offres en céramique, ah, tu ne lésines pas quand il s’agit de te faire mordre, je me sens cher à tes plaisirs.  Pas grave si ce n’est pas remboursé par la Sécu. Tu fais ton tri dans les modèles, tu dis, « certaines dents, j’aimerais beaucoup une forme de trèfles à quatre feuilles, je trouve cela joli pour les marques à l’intérieur des cuisses ». L’assistante sourit, et avec elle, tu fais ton marché, tu lui expliques ce que tu attends de mes mâchoires, tu souhaites que jamais mes dents ne se fatiguent de ta chair, de tes chairs, de leurs plis et replis, qu’elles soient attentives au tendre des tissus, qu’elles te fassent des dessins, sans déchirer, des couleurs comme jamais ne pourra en produire le tatouage d’un artiste chevronné. Trente-deux nouveaux modèles de céramique aux tons assortis à ta peau, et l’assistante acquiesce, « bien sûr, si l’un d’entre eux ne vous convenait pas, à la sensation, à la profondeur de la marque, vous pourriez toujours en changer, nous les reprenons sans aucun problème ». La voilà qui me cimente une dentition de bête de force, d’homme de foire. Je crache dans le petit lavabo à intervalles réguliers, sur ordre du dentiste, cela te plait beaucoup de me voir rendre tout mon jus.

Et puis enfin quand mon cauchemar s’achève, que l’on me nettoie la bouche avec une petite serviette, que l’on m’enlève la blouse, me retire l’entrave : « Quand pourrais-je les essayer ? », demandes-tu en dandinant du cul pour me mettre en appétit. L’assistante sourit, je sens que désormais les femmes me regarderont autrement. Le dentiste est déjà passé à autre chose, la note d’honoraires sans doute.

 « Ce n’est pas tout, mais maintenant, il va falloir qu’il ait faim. »

T’inquiète, après ce que tu viens de me faire subir, j’aurai la dent dure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s