Grain de sens

Ecrasés par les fables,
Parasites
Processionnaires
Gagne-pains de séminaires
Récitent
Les mots non ouverts
Ils annonnent
La morale immuable
Des histoires de tempête.

Rabâchage,
Arrachage.

Oui mais.

Dans le jardin
Dans le mistral
Je le vois
Le cerisier.

Ni mort par ruse, ni lassitude
Ses convictions sont racines
Le tronc bien planté.
Le vent pourra
Se démonter en folie
Agiter le bout des choses,
Agacé de désordres,
Il s’apaisera.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s