Sortir du rayon peinture

Je savais qu’à dégager la flèche,
Je n’en atteindrais pas moins le ciel :
Je suis l’archange,
Le beau linge des nécropoles.
Sortis du rayon peinture,
Les tableaux de duchesses,
Accroche-cœurs, collerettes, robes bleus, coiffes roses
Me regardent en coin.
Je lis les fausses histoires de chevaliers et de cachots.
Elles font rire les enfants.
J’échafaude l’histoire, je brûle-testament
Je vieillis les vitraux fuyants.
C’est le grand lavage de pierre, l’efface-crime.
J’ai touché la lumière en frère attardé par le couchant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s