A suivre

Parias à la parade
J’ai si froid en novembre
Question de vie ou de
C’est l’automne monstrueux
Je vois les drapeaux noirs
Grappe des armes, murmure du vent.

Pieds et mains en garde-robe
La carcasse sonnée par la poussière
Ne prend plus de passager.

Je suis un héros donné pour mort
Pourtant ici claudiquant
Je suis mon propre totem
Malgré les feuilles tombées.

Et si la poussière gagne toujours,
Je suis double sépulture
Sève et Charonne.

Le chemin de saison
M’a déjà apporté les bourgeons.

Dont je ne sais que faire encore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s