Méli-mélo

Ta fleur a frappé mes reins, tu m’as batonné au grand air. Main gantée de soleil, bouche voilée de semence, en pouce à pouce. Homme déchiqueté, Villon étripé, par ta guerre, tendre guerre. Avec ma grande poitrine de visage, je marche sans blessure ni éclair. Paillard.

Extrait de l’amour au temps du Charolais…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s