L’exécution du testament du marquis de Sade

Compte-rendu de la réunion :

« Le corps tendu par cette lente cérémonie, dont il avait réglé et médité chaque seconde, il souleva alors le phallus, pour simuler l’érection, en accrochant le fil qui y était attaché à une bague de sa main droite. Au-dessous du phallus, on distinguait deux miroirs en formes de sablier, l’un à l’image de la femme, l’autre de l’homme. La jeune femme blonde alluma un feu dans un récipient qui se trouvait à ses pieds, et y plongea un fer à poignée phallique. Les flammes se reflétèrent quelques secondes dans les miroirs du sablier. Le sablier retomba. Aussi brusquement qu’avait été lent tout ce qui précède, il arracha l’étoile rouge (sic) en étoffe qui se trouvait à l’emplacement de son cœur, la jeta dans le feu, saisit le fer à poignée phallique et s’imprima – au troisième degré – les lettres SADE sur la peau, à la place de l’étoile. On raconte qu’il tendit alors le fer à l’assistance en demandant « à qui le tour?« .

A qui le tour?

Posté dans Lu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s