La vie des peintres

Frémissement de l’ange qui brode en surpiqué
Le grand nœud de taffetas noir sur le dos
De sa robe de bal.
Comme un fantôme en vitrine
A ne toucher sous aucun prétexte
Ce tatouage biblique.
Si chute sur le pilier de béton
Petit dîner
D’agneau rasé en garniture
S’enrouler dans le tapis
Et mourir déchu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s