Académie du cirque

Las de tourner,
Les grands fauves
En cage, en vitrine,
Sont allés se coucher.

Ils ont perdu leur fureur,
Oublié de l’autre l’espérance.
Immobile beauté,
Mémoire perdue des vanités,
Ils sont une solitude
Attentive à elle-même.

Si l’animal rejaillit,
Si la tentation du spectacle,
Fait irruption au désert
De leur âme de verre,
Ils se punissent d’un coup de griffe,
Labourent leurs flancs,
Pour trouver le prix de la bêtise
En leur sang,

Et gémir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s